Estelle Chrétien

Nancy, France

Présentation

Prenant appui sur un imaginaire rural traditionnel en désuétude pour venir le confronter au réel, mon travail plastique naît, lentement, en gauillant dans la matière. Il se construit selon le hasard des rencontres, au fil d’associations libres, ou d’évidences irrationnelles.
Mes errances contemplatives sur papier, nourrissent un imaginaire organominéral. Dans le bavardage omniprésent, j’explore le silence à l’état brut, un silence plein, tente de le préserver, de le transmettre.

Expositions collectives

  • 2017 Sans bride, ni mors, ni rêne Phakt, Rennes
  • Nuit des lucioles 6, Torcheville
  • Ergastule joue à la chapelle, Chapelle Saint-Quirin, Sélestat
  • Dé rangé, en duo avec Frédérique Bertrand, Galerie Lillebonne, Nancy
  • 2016 Matière première à ciel ouvert, En dehors des sentiers battus, Laxou
  • Que choisir? Galerie My Monkey, Nancy
  • 2015 Chasser le naturel, Le Préau, Maxéville,
  • Il faut imaginer Sisyphe heureux, biennale Vern Volume, Vern sur Seiche
  • Festival des paysages/traces, ARToPie et La grange au paysage
  • 2014 Phalanstère et Phylactères, Espace d’art contemporain mobile «XS plus»
  • Emergency! #2, Fonderie Kugler, Genève, Suisse
  • 2013 You I landscape, Triennale de jeune création, CarréRotondes, Luxembourg
  • 2012 Nuit Blanche, Poste Centrale, Metz
  • Les 6 week-end art contemporain, Ateliers les Trois Huit, Maxéville
  • Loopingstar, Festival vidéo, Castel Coucou, Forbach
  • 2011 Rappel, Galerie NaMiMa, ENSAD Nancy

Expositions personnelles

  • 2013 De proche en proche, galerie Octave Cowbell, Metz
  • Autre qu’Homme, CMPP, Bar-le-Duc

Résidences

  • 2015 ARToPie Meisenthal 2015

Publication

  • 2016 Paréidolies livre de dessin en duo avec Malik Boukricha aux éditions Le Potager Moderne

Exposition

Estelle Chrétien

Déformer, former
11 janvier > 24 février 2018

Par un hasard de circonstance, une matière bouscule la pensée et inversement. Un geste suggère un phénomène de sédimentation ou de concrétion. Les choses exposées ressemblent à mais ne sont jamais cela. Elles fixent des possibles, des transitions entre le tangible et l’abstrait.

Découvrir l'exposition